Les femmes enceintes non vaccinées présentent des risques de développer une forme grave du Covid-19

[Article mis à jour le 28 mars 2022]

Dans la continuité de ses travaux sur la vaccination contre le Covid-19, le groupement d’intérêt scientifique Epi-Phare, constitué par l’Assurance Maladie et l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), a étudié la vaccination des femmes enceintes en France. L’objectif de ce rapport est de comprendre les raisons de la sous-vaccination de cette catégorie, alors même que les femmes enceintes présentent des risques accrus de développer une forme grave de la maladie.

Pour protéger la santé des femmes et des enfants à naître, l’Assurance Maladie et l’État renforcent les actions de sensibilisation déjà mises en place pour inciter les futures mères à se faire vacciner.

Quels sont les risques encourus par les femmes enceintes non-vaccinées ?

Les études disponibles n’ont pas montré de conséquences des vaccins à ARN messager (ARNm) sur le déroulement de la grossesse. En revanche, des cas de forme sévère de Covid-19 chez des femmes enceintes non vaccinées ont été rapportés, en France et ailleurs, certains entraînant des séjours en soins critiques, avec intubations et décès de la mère durant la grossesse.

Au 6 janvier 2022, 29,8 % de femmes enceintes n’avaient reçu aucune dose de vaccin contre le Covid-19. A la même date, le taux de femmes enceintes n’ayant pas reçu 2 doses atteignait 39,4 %. La grossesse semble donc constituer un frein à la vaccination alors même qu’être vaccinée est fortement recommandé dans cette situation. Une femme enceinte non vaccinée a en effet 22 fois plus de risques d’accoucher prématurément, 18 fois plus de risques de se retrouver en réanimation, 2,8 fois plus de risques d’avoir un enfant mort in utero et 5 fois plus de risques de voir son enfant admis en réanimation (1).

L’analyse montre aussi que le taux de non-vaccination est plus élevé selon certains facteurs :

  • 41,3 % des femmes enceintes les plus jeunes (15-24 ans) ne sont pas vaccinées ;
  • 34,3 % des femmes enceintes résidant dans des communes défavorisées ne sont pas vaccinées, contre 21,9 % de non-vaccination chez les femmes enceintes résidant dans des communes les plus favorisées ;
  • aussi, il existe de forts écarts selon les régions, les régions d’outre-mer, Provence Alpes Côte-d’Azur et la Corse enregistrant la plus forte proportion de femmes enceintes non vaccinées.

Les femmes enceintes incitées à se vacciner pour se protéger

Les femmes enceintes qui disposent d’un compte ameli reçoivent à leur 4e mois de grossesse une notification les incitant à la vaccination et, dès leur 6e mois, un e-mail leur rappelant l’importance de la vaccination lors de la grossesse. En complément, des courriers seront adressés à 21 000 assurées n’ayant pas de compte ameli qui se trouvent entre leur 4e et 7e mois de grossesse.

D’autres acteurs étatiques, professionnels de santé et partenaires de l’Assurance Maladie vont sensibiliser les femmes enceintes sur le sujet au cours des prochaines semaines.

Pour les personnes qui s’interrogent sur la vaccination des femmes enceintes, le ministère des Solidarités et de la santé a publié, sur sa chaîne YouTube, une série de courtes interviews du professeur Alain Fischer répondant aux questions suivantes :

Ainsi qu'une interview sur la vaccination pour les femmes enceintes expliquée par le professeur Olivier Picone, gynécologue (vidéo).

En savoir plus sur le rapport Epi-phare.

(1)  Note du COSV du 2 février 2022.

En cours de chargement...