Covid-19 : une étude confirme la sécurité des vaccins à ARNm chez les adultes de moins de 75 ans

Le groupement d’intérêt scientifique « Epi-Phare », constitué par l’Agence nationale de sécurité du médicament et des produits de santé (ANSM) et la Caisse nationale de l’Assurance Maladie (Cnam), a conduit une nouvelle étude afin d’évaluer le risque d’événement cardiovasculaire grave (hors myocardite et péricardite) chez les personnes âgées de 18 à 74 ans en France :

  • avec les vaccins à ARNm (Comirnaty-Pfizer et Spikevax-Moderna) ;
  • avec les vaccins à vecteur adénoviral (Vaxzevria-AztraZeneca et CovidJanssen).

Conduite à partir des données du Système national des données de santé (SNDS), cette étude confirme la sécurité des vaccins à ARNm. La précédente étude, qui portait chez les personnes âgées de 75 ans ou plus, n’avait pas mis non plus en évidence d’augmentation de ce risque après chacune des 2 doses du vaccin ARNm Comirnaty (Pfizer).

Des résultats rassurants

Cette étude a porté sur l’ensemble des adultes âgés de 18 à 74 ans vaccinés ou non, admis à l'hôpital en France entre le 27 décembre 2020 (date de mise à disposition des premiers vaccins contre le Covid-19) et le 20 juillet 2021 (date limite de disponibilité des données au moment de la réalisation de l’étude) pour :

  • un infarctus aigu du ;
  • un accident vasculaire cérébral ischémique ou hémorragique ;
  • une embolie pulmonaire.

Sur cette période, dans la population adulte de moins de 75 ans, un total de 18 232 cas d’embolie pulmonaire, 38 054 infarctus du myocarde, 27 626 AVC ischémiques (provoqué par un défaut d’oxygénation du cerveau) et 10 040 AVC hémorragiques ont été dénombrés. Parmi les 46,5 millions d'adultes de 18 à 74 ans de la population française, au 20 juillet 2021, 31 millions (67 %) avaient reçu au moins une dose d'un vaccin contre le Covid-19.

Les résultats ne mettent pas en évidence de risque augmenté d’infarctus aigu du myocarde, d’AVC ou d’embolie pulmonaire au cours des 3 semaines suivant la 1ere ou la 2e dose des vaccins à ARNm (Comirnaty et Spikevax).

En revanche, les vaccins à adénovirus apparaissent associés à une légère augmentation du risque d'infarctus du myocarde et d'embolie pulmonaire chez les adultes, dans les 2 semaines suivant l’injection.

Information pour les personnes vaccinées

L’ANSM recommande à toute personne présentant des symptômes tels qu’un essoufflement (dyspnée), des douleurs dans la poitrine, des palpitations (battements cardiaques forts) ou un rythme cardiaque irrégulier de consulter rapidement un médecin.

Accéder à l'intégralité des résultats de l'étude.

En cours de chargement...