ameli.fr - Dépistage de la rétinopathie diabétique

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

Près de chez vous

Localisez-vous pour accéder aux informations de votre caisse d’Assurance Maladie.

Vous êtes ici :

Professionnels de santé.Orthoptistes.Exercer au quotidien.Dépistage de la rétinopathie diabétique

Dépistage de la rétinopathie diabétique

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 28 mai 2015
Le dépistage de la rétinopathie diabétique par télémédecine, en coopération entre orthoptiste et ophtalmologiste, est désormais prise en charge par l’Assurance Maladie. Le point sur ce nouveau mode de dépistage et sur sa mise en œuvre par l’orthoptiste.
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

Un nouveau mode de dépistage

L'Assurance Maladie prend en charge une nouvelle modalité de dépistage de la rétinopathie diabétique qui repose sur la coopération entre un orthoptiste formé à la réalisation de rétinographies et un médecin lecteur (ophtalmologiste) qui effectue leur lecture différée hors présence du patient.

Cette prise en charge fait suite à l'évaluation par la Haute Autorité de santé (HAS) de l'acte d'interprétation des photographies du fond d'œil, suite à une rétinographie avec ou sans mydriase, en juillet 2007, suivie de la publication de recommandations relatives au dépistage de la rétinopathie diabétique par lecture différée de photographies du fond d'œil, en décembre 2010.

Son but vise l'amélioration du taux de dépistage de la rétinopathie diabétique. En effet, en 2014, près de 40 % des patients diabétiques1 ne sont pas dépistés régulièrement au regard des recommandations.

L'indication de ce mode de dépistage, validée par la HAS, concerne les patients diabétiques âgés de moins de 70 ans, et sans rétinopathie diabétique connue.

Un accès au dépistage facilité pour le patient

La HAS a précisé les conditions de réalisation de ce mode de dépistage en coopération et considère qu'il représente une amélioration du service attendu importante par rapport à l'interprétation en présence du patient :

  • des délais réduits d'accès au dépistage,
  • un dépistage mieux accepté car réalisé sans mydriase par collyre.

Des dispositions qui limitent le reste à charge pour le patient

Plusieurs dispositions, telles que privilégier la dispense d'avance des frais pour la facturation des actes de rétinographie2, la prise en charge à 100 %, la pratique obligatoire du tiers payant et les dépassements d'honoraires non autorisés pour l'acte de lecture, permettent un reste à charge nul pour la plupart des patients3, ce qui devrait favoriser également une meilleure observance des prescriptions de dépistage.

1. Données Cnamts.
2. Article 3 de l'avenant n°10 de la convention nationale des orthoptistes.
3. Pour les patients peu nombreux non pris en charge à 100 % (ALD, etc.) et sans complémentaire santé, le reste à charge est maitrisé, au maximum 7€ sur l'acte d'orthoptie.

Documents à télécharger

Décision du 17 décembre 2013 de l'Uncam relative à la liste des actes et prestations pris en charge par l’Assurance Maladie

(Journal officiel du 8 février 2014)

En pratique

Services en ligne

Espace pro
Retrouvez vos services en ligne sur Espace pro : consulter et suivre vos paiements en tiers payant, commander vos formulaires, vous informer sur les droits à l'assurance maladie de vos patients, contacter votre caisse d'Assurance Maladie...

Sites utiles

Haute Autorité de santé (HAS)
La HAS, organisme public d'expertise scientifique, consultatif, formule des recommandations et rend des avis indépendants.

Rubriques annexes