ameli.fr - Prévention du cancer du col de l'utérus

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

Près de chez vous

Localisez-vous pour accéder aux informations de votre caisse d’Assurance Maladie.

Prévention du cancer du col de l'utérus

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 1er août 2013
Le point sur les deux moyens de prévention du cancer du col de l’utérus actuellement disponibles et sur leur prise en charge par l’Assurance Maladie : le dépistage par frottis cervical et la vaccination contre certains papillomavirus humains (HPV).
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

La vaccination HPV

La vaccination HPV est aujourd'hui possible mais les vaccins disponibles ne protègent pas contre l'ensemble des papillomavirus humains (HPV) à l'origine du cancer du col de l'utérus. La vaccination HPV ne constitue donc qu'un moyen complémentaire en matière de prévention du cancer du col et le dépistage par frottis reste indispensable dès l'âge de 25 ans, même pour les femmes vaccinées.

La vaccination HPV, pour qui ?

La vaccination est d'autant plus efficace que les jeunes filles n'ont pas encore été exposées au risque d'infection par le HPV. C'est pourquoi le Haut Conseil de la santé publique (HCSP), dans son avis du 28 septembre 2012, recommande la vaccination HPV :

  • chez les jeunes filles de 11 ans à 15 ans ;
  • en rattrapage chez les jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 19 ans révolus.

Pour plus d'informations, reportez-vous à l'avis du HCSP du 28 septembre 2012 disponible sur son site internet (voir « Sites utiles » ci-contre).

Les vaccins disponibles

Deux vaccins ont eu une autorisation de mise sur le marché :

  • le vaccin Gardasil, mis sur le marché en 2006, est quadrivalent et protège contre les génotypes 16 et 18 cancérigènes, et également contre les génotypes 6 et 11 non cancérigènes mais à l'origine du développement de lésions bégnines dites « condylomes » (ou verrues génitales) ;
  • le vaccin Cervarix, mis sur le marché en 2007, est bivalent et protège contre les génotypes 16 et 18.

Le schéma vaccinal

Trois injections sont nécessaires pour que la vaccination soit efficace avec un schéma 0, 2, 6 mois pour le vaccin quadrivalent et un schéma 0, 1, 6 mois pour le vaccin bivalent.
L'une des trois doses de la vaccination peut être co-administrée avec le rappel diphtérie-coqueluche-poliomyélite prévu entre 11 et 13 ans ou un vaccin contre l'hépatite B dans le cadre du rattrapage vaccinal.
Il est essentiel de respecter le schéma vaccinal à 3 doses avec le même vaccin , les 2 vaccins disponibles n'étant pas interchangeables.
Pour plus d'informations, consultez le calendrier des vaccinations et les recommandations vaccinales 2013 parus au BEH n° 14-15/2013 sur le site de l'Institut de veille sanitaire.

Quelle prise en charge par l'Assurance Maladie ?

Le vaccin est pris en charge sur prescription médicale par l'Assurance Maladie et remboursé à 65 % sur la base de :

  • 123,44 € par injection pour le Gardasil ;
  • 111,52 € par injection pour le Cervarix.

La prise en charge de l'injection se fait selon les modalités habituelles : elle est remboursée à 70 % si elle est effectuée par un médecin lors d'une consultation, ou à 60 % si elle est effectuée par une infirmière, sur prescription médicale.

En pratique

Services en ligne

Annuaire santé
L’annuaire santé de l’Assurance Maladie pour trouver un médecin, un kiné, un hôpital… Tarifs. Horaires. Spécialités. Localisation.

Sites utiles

Haut Conseil de la santé publique (HCSP)
Le HCSP a pour mission de fournir aux pouvoirs publics l'expertise nécessaire à la conception et à l'évaluation de la politique de santé, ainsi qu'à la prévention et à la gestion des risques sanitaires.

Institut de veille sanitaire (InVS)
L’InVS a pour mission de surveiller l'état de santé de la population et son évolution, d'alerter les pouvoirs publics en cas de risques sanitaires, de réaliser ou coordonner des investigations épidémiologiques.

Rubriques annexes