ameli.fr - Revue Médicale de l'Assurance Maladie 2002 n°2

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Statistiques et publications

Revue Médicale de l'Assurance Maladie 2002 n°2

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 12 décembre 2007
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

Options alternatives à la transfusion homologue

L'objectif était de décrire l’utilisation, dans les établissements de santé français pratiquant la chirurgie, des alternatives à la transfusion homologue en chirurgie.

Options alternatives à la transfusion homologue : résultats français de l'International Study of Perioperative Transfusion

Auteurs : Huët C, Salmi LR, Noël L, pour l'International Study of Perioperative Transfusion group (liste des investigateurs en fin de texte)

Résumé

Objectifs : Décrire l'utilisation, dans les établissements de santé français pratiquant la chirurgie, des alternatives à la transfusion homologue en chirurgie : transfusion autologue programmée, hémodilution normovolémique pré-opératoire, récupération sanguine péri-opératoire, aprotinine, desmopressine, acide tranexamique et érythropoiétine.

Méthodes : Enquête transversale, menée entre mars et juillet 1997 dans le cadre de l'International Study of Perioperative Transfusion. Questionnaires courts envoyés à l'infirmière générale et au pharmacien-chef d'établissements de santé tirés au sort parmi ceux pratiquant la chirurgie. L'utilisation des options alternatives à la transfusion homologue a été décrite puis analysée en fonction du nombre de lits de chirurgie, du statut, de la localisation régionale et des spécialités chirurgicales. Une régression logistique a permis de caractériser les utilisateurs et non utilisateurs.

Résultats : Sur 245 établissements de santé tirés au sort, 91 % ont participé : 19 centres hospitalo-universitaires, 96 établissements de santé publics (hors centres hospitalo- universitaires) ou privés participant au service public hospitalier et 109 privés. Les options alternatives les plus utilisées étaient la transfusion autologue programmée (81 %), l'hémodilution (52 %) et la récupération sanguine (51 %). La chirurgie cardiaque était la spécialité chirurgicale la plus consommatrice de médicaments. La comparaison entre les utilisateurs et les non-utilisateurs a montré que les utilisateurs étaient principalement les centres hospitalo-universitaires, les plus grands établissements de santé et ceux faisant de la chirurgie cardiaque et vasculaire.

Conclusions : Cette étude a révélé une hétérogénéité des pratiques alternatives à la transfusion homologue en France. Les mêmes enquêtes conduites parallèlement dans les autres pays participant à l'International Study of Perioperative Transfusion ont montré des pratiques variables d'un pays à un autre.

Rev Med Ass Maladie 2002;33,2:107-117

 

Alternatives to Allogeneic Blood Transfusion: French Results of the International Study of Perioperative Transfusion

Abstract

Objective: Our aim was to describe the use of alternatives to allogeneic blood in French hospitals performing surgery: preoperative autologous donation, normovolemic hemodilution, cell salvage, aprotinin, desmopressin, tranexamic acid and erythropoietin.

Methods: We performed a cross-sectional survey within the framework of the International Study of Perioperative Transfusion. We mailed short questionnaires to hospital pharmacists and operating room head nurses in a random sample of hospitals performing surgical procedures. We described and analysed the use of alternatives to allogeneic blood according to the number of surgical beds, hospital type, geographic location and surgical specialities. A logistic regression was performed to determine the characteristics of users and non users.

Results: Among 245 randomly selected hospitals, the response rate was 91%: 19 teaching hospitals, 96 public or private hospitals participating in public service and 109 private hospitals. The most widely used techniques were preoperative autologous donation (81%), hemodilution (52%), and cell salvage (51%). Drugs were used more frequently in hospitals with cardiac surgery than with other surgical specialities. Multivariate analysis showed that the factors associated with use of these interventions were: teaching status of the hospital, high number of surgical beds, and cardiac and vascular surgery.

Conclusions: The results of this survey indicate that, in France, there was considerable practice variation in the use of techniques to minimise exposure to peri-operative allogeneic transfusion. Considerable variation between countries was also found among the other countries participating in the International Study of Perioperative Transfusion.

Rev Med Ass Maladie 2002;33,2:107-117

Documents à télécharger

Transfusion homologue

Rubriques annexes