ameli.fr - Pratiques et Organisation des Soins 2012 n° 3

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Statistiques et publications

Pratiques et Organisation des Soins 2012 n° 3

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 28 décembre 2012
Dans ce numéro : Les infirmières et l'annonce en cancérologie, Family learning socio-sanitaire, Consultations non appropriées aux urgences, Apport de la qualité à la sécurité du patient
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

Consultations non appropriées aux urgences

L'objectif était de déterminer les facteurs associés au recours non approprié aux services des urgences.

Les consultations non appropriées aux services des urgences : étude dans un hôpital provincial au Maroc

Auteurs : Berraho M, Boly A, Tachfouti N, Elmajjaoui A,
Nejjari C

Résumé

Objectif : Le recours non approprié aux services des urgences diminue la qualité des prestations. Notre objectif était de déterminer les facteurs associés au recours non approprié à ces services.

Méthodes : L'étude a été réalisée dans le service des urgences du Centre hospitalier provincial de Nador, durant trois semaines. L'information a été recueillie sur un questionnaire. La définition de la consultation appropriée ou non s'est basée sur le caractère urgent ou non, le jour de la consultation (ouvrable ou férié), le moment de la consultation (jour/nuit) et sur l'ancienneté des symptômes.

Résultats : Sur l'effectif de 410 patients, la proportion des consultants non appropriés était de 30,7 %. Les consultants non appropriés disposaient d'une couverture sociale dans 9,9 %
vs 18,3 % chez les consultants appropriés (p = 0,02) ; la proportion des patients inquiets à agités était plus importante chez les consultants non appropriés (62,3 % vs 31,7 %) (p < 10-6) ; la majorité (88,9 %) des consultants appropriés ressentaient leur état moyennement à très urgent vs 45,2 % chez les autres (p < 10-6) ; le délai d'apparition des symptômes était plus court chez les consultants appropriés (p < 10-6) ; la proportion des consultants pour des lésions traumatiques était significativement plus importante chez les consultants appropriés que chez les autres (59,2 % vs 0,8 %) (p < 10-6).

Conclusion : Cette étude a identifié plusieurs facteurs prédictifs d'une consultation non appropriée. Des actions sont à entreprendre pour promouvoir le bon usage du service des urgences. D'autres études auront à préciser les spécificités régionales et hospitalières.

Prat Organ Soins. 2012;43(3):197-204

 

Inappropriate use of emergency services: a study in a provincial hospital in Morocco

Summary

Aim: The inappropriate use of emergency department decrease the quality of services allowed in this service. The main objective of this study was to determine the determinant of inappropriate use of the emergency department.

Methods: The study was conducted in emergency department of the Nador Provincial Hospital, over a period of three weeks. The information gathering was done through a questionnaire. The definition of adequate consultation or not was based on the urgency or not, the day and time of consultation (day/night) and the length of symptoms.

Results: Four hundred ten patients were recruited. The proportion of inappropriate consultants was 30.7%. The inappropriate consultants had social security coverage in 9.9% vs 18.3% for appropriate consultants (p = 0.02), the proportion of patients "worried to agitated" was greater among inappropriate consultants (62.3% vs 31.7%) (p < 10-6), the majority (88.9%) of inappropriate consultants felt their condition medium to very urgent vs. 45.2% in others (p < 10-6), the time to onset of symptoms was shorter in appropriate consultants (within less than 24 hours was observed in 71% of appropriate consultants vs. 6.3% in others) (p < 10-6), the proportion of consultants for traumatic lesions was significantly greater among appropriate consultants than other (59.2% vs 0.8%) (p < 10-6).

Conclusion: This study identified several predictors of inappropriate consultation in the emergency department. Communication activities and public education are to be undertaken to promote the proper use of the emergency department. Further studies are necessary to take into account regional and hospital specificity.

Prat Organ Soins. 2012;43(3):197-204

Documents à télécharger

Consultations non appropriées aux urgences

...

Rubriques annexes