ameli.fr - Pratiques et Organisation des Soins 2010 n°1

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Statistiques et publications

Pratiques et Organisation des Soins 2010 n°1

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 25 mars 2010
Dans ce numéro : Analyse économique des soins des personnes traitées pour diabète ; prise en charge du cancer du sein en Aquitaine ; endocardite et incitation au suivi bucco-dentaire ; CMU, une légitimité contestée ; mise en place et impact d'un programme d'assurance qualité pour l'hypertension artérielle en première ligne, le courtage des connaissances en thérapeutique, le médecin généraliste et la mort de ses patients, les territoires de santé, pose de stents coronariens en France et estimation du risque de réintervention, prise en charge des personnes à haut risque de cancer
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

Le médecin généraliste et la mort de ses patients

L'objectif était d'examiner la façon dont les médecins généralistes vivent le décès de leurs patients : leurs opinions et pratiques, et les ressources dont ils disposent dans ces situations.

Le médecin généraliste et la mort de ses patients

Auteurs : Ladevèze M, Levasseur G

Résumé


Objectif : Dans la société occidentale actuelle, la population vieillit et la façon d'appréhender la mort change. Avec la généralisation des soins palliatifs, une nouvelle responsabilité incombe au médecin, celle de garantir la qualité de vie jusqu'au décès. Notre objectif a été d'examiner la façon dont les médecins généralistes vivent le décès de leurs patients : leurs opinions et pratiques, et les ressources dont ils disposent dans ces situations.

Méthodes
: Enquête qualitative exploratoire par entretiens semi-directifs. Échantillon empirique de dix généralistes d'Ille-et-Vilaine réalisé à partir de l'annuaire téléphonique, respectant la parité et la répartition entre les zones d'exercice. Analyse thématique de ces entretiens.

Résultats
: Les médecins vivent la fin de vie de leurs patients avec des sentiments partagés : tristesse, sentiment d'injustice, culpabilité ou indifférence. Ils perçoivent avec beaucoup d'acuité l'importance de l'accompagnement de leur patient et celui de la famille. Ils considèrent que la gestion du deuil fait partie de leur travail. Ils bénéficient eux-mêmes de peu de soutien en ces circonstances.

Conclusion : Un environnement moins solitaire par rapport à ces évènements pourrait utilement soutenir le médecin généraliste. Une formation sur le thème incluant les aspects socioculturels et psychologiques de ce moment de la vie contribuerait à professionnaliser l'aide apportée par le médecin au patient et à sa famille.

Prat Organ Soins 2010;41(1):65-72

 

General practitioners and the death of their patients

Summary


Aim: In our current western society the population is ageing and perception of death is changing. With the generalization of palliative care the doctor must be the guarantor of the quality of life until death. This is a new responsibility. Our objective was to examine how general practitioners (GPs) experience their patients' death: their feeling, their behavior, and their resources.

Methods: A qualitative, exploratory study, among an empiric sample of ten GPs in the department of Ille & Vilaine, constituted from the phone book, respecting parity and geographic repartition between different practice zones. Thematic analysis of these interviews.

Results: GPs experience mixed feelings at the death of their patients: sorrow, a feeling of injustice, guilt or indifference. They are keenly aware of the importance of end-of-life care and support for the patient and the family. They consider dealing with bereavement to be part of their work but they themselves get little support in these circumstances.

Conclusion: A less solitary environment in this respect would benefit GPs. Theme-based training including the sociocultural and psychological aspects of this stage of life would help to professionalize the help and support that the GP brings to the patient and the family.

Prat Organ Soins 2010;41(1):65-72

Documents à télécharger

Le medecin generaliste et la mort de ses patients

...

Rubriques annexes