ameli.fr - Pratiques et Organisation des Soins 2010 n°1

Accès rapide

Aller à la navigation principale Aller à la recherche Aller à l'aide Aller au plan du site Aller au contenu Aller à la pagination
L'Assurance maladie (logo): retour accueil portail

ameli.fr
l'assurance maladie en ligne

Statistiques et publications

Pratiques et Organisation des Soins 2010 n°1

Version imprimableEnvoyer cette page à un ami
Dossier mis à jour le 25 mars 2010
Dans ce numéro : Analyse économique des soins des personnes traitées pour diabète ; prise en charge du cancer du sein en Aquitaine ; endocardite et incitation au suivi bucco-dentaire ; CMU, une légitimité contestée ; mise en place et impact d'un programme d'assurance qualité pour l'hypertension artérielle en première ligne, le courtage des connaissances en thérapeutique, le médecin généraliste et la mort de ses patients, les territoires de santé, pose de stents coronariens en France et estimation du risque de réintervention, prise en charge des personnes à haut risque de cancer
Passer le sommaire

Au sommaire du dossier

Attitude des professionnels à l'égard de la CMU

L'objectif était d’analyser les refus de soins à l’égard des bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) complémentaire.

La Couverture maladie universelle, une légitimité contestée : analyse des attitudes de médecins et dentistes à l'égard de ses bénéficiaires

Auteur : Desprès C

Résumé

L'article a pour objectif d'analyser les refus de soins à l'égard des bénéficiaires de la Couverture maladie universelle (CMU) complémentaire. Nous montrons que les manières de concevoir et de mettre en oeuvre la réforme participent à la production des refus des praticiens de ville.
Il s'appuie sur les résultats d'un testing réalisé en 2005, ayant fait l'objet d'une analyse mixte, quantitative et qualitative ainsi qu'une vingtaine d'entretiens auprès des praticiens.
Les refus se différenciaient en fonction des catégories de professionnels : quasi inexistants chez les médecins généralistes en secteur 1, plus de 16 % en secteur 2 et proches de 40 % chez les dentistes et les spécialistes (différence statistiquement significative). Cette catégorie de refus était, avant tout, en rapport avec la question des tarifs et concernait donc surtout les médecins en secteur 2 soumis aux tarifs opposables (qui ne peuvent donc pas appliquer de dépassement aux bénéficiaires de la CMU complémentaire) et les dentistes qui n'ont plus la liberté tarifaire pour les prothèses dentaires. Le principe de la gratuité sans contrepartie, qui va à l'encontre des catégories traditionnelles d'accès à la couverture complémentaire, heurtait également les praticiens.
La mauvaise connaissance des personnes ciblées par la loi contribuait également à les considérer comme illégitimes, et du fait de l'effet seuil, à considérer cette loi comme injuste.
Les refus sont apparus donc comme, en partie, déterminés par le contexte légal et par la manière dont les
praticiens s'en étaient saisis. Les représentations sociales des bénéficiaires allaient dans le sens d'un manque de légitimité de ces derniers et alimentaient la discrimination.

Prat Organ Soins 2010;41(1):33-43

Complementary universal health coverage, the legitimacy in question

Summary

This article analyzes why some physicians and dentists refuse consulting patients covered by public meanstested complementary health insurance (CMUC). The data came from a situation testing study (phone calls), analyzed with statistical and qualitative approaches, and 20 qualitative in-depth face-to-face interviews with physicians and dentists. Among sector 1 GPs, the health care refusal rate was very low. In sector 2, where physicians are allowed to charge over the statutory fee, 16% of GPs refused to provide care to CMUC patients.
When considering both sectors together, the refusal rate was about 40% for dentists or specialists. The main reason for refusal appeared to be related to the fact that sector 2 physicians cannot charge CMUC patients for more than the statutory fee, so they get a lesser revenue with those patients. Our results also showed that physicians reject the principle of free access to complementary insurance. In addition, the threshold effect contributed to perceive the CMUC as unfair.

Prat Organ Soins 2010;41(1):33-43

Documents à télécharger

Attitude des professionnels a l egard de la CMU

...

Rubriques annexes